Articles

Une semaine avec… la palette Prism d’Anastasia Beverly Hills

Bon début de semaine à toutes et à tous !

Je reviens aujourd’hui avec une nouvelle revue, qui concerne la palette que j’ai utilisée la semaine dernière, à nouveau en parallèle avec ma copine Storytelling d’Une Collectionneuse : la palette Prism d’Anastasia Beverly Hills.

Comme les précédentes palettes d’ABH, elle contient 14 fards dans un écrin de velours. 6 couleurs mates, 7 couleurs métallisées/pailletés et une couleur mate avec des pailettes dedans (le noir). Vous la trouverez à 49 € chez Sephora, soit 3,5 € le fard.

J’avais hésité à l’acheter. En effet,  j’avais craqué sur la première, la Modern Renaissance, dont j’ai beaucoup aimé l’harmonie des couleurs (photo Sephora). A l’utilisation, j’ai apprécié que les fards soient bien pigmentés, mais j’ai regretté les énormes chutes de matière qu’il y avait à chaque prélèvement avec le pinceau. A ce rythme-là, au bout de trois / quatre make up avec, les fards présentent des cratères, surtout la couleur de base.

Ensuite, j’ai été séduite par les couleurs de la Subculture : je trouvais l’assemblage original et prometteur (photo Sephora). Sauf que, lorsque je l’ai utilisée pour la première fois, il y avait non seulement ce problème de chute déjà découvert avec la première palette, mais également un gros problème pour fondre les couleurs entre elles. Selon les couleurs utilisées, une fois blendées, elles faisaient un amas gris ou noir immonde. Paraît-il que c’est une réaction due au fait que les fards sont du pigment pressé et qu’il faut respecter la roue des couleurs pour ne pas qu’elles s’annulent entre elles pour devenir noires. Euh, comment dire ? Vachement déçue d’avoir dépensé mon argent pour ça. Je ne veux pas, lorsque je me maquille, réfléchir en « usine à gaz » à quelle technique utiliser pour appliquer le fard, quelles couleurs j’ai le droit de marier pour éviter qu’elles s’annulent, etc. Je veux pouvoir me dire : « Tiens, là je mets du marron. Là je mets du kaki. Là je mets du jaune moutarde » et obtenir les trois couleurs à l’issue. Bref, j’avais été largement refroidie par la marque.

 

Donc quand la Prism est sortie, au départ, je ne voulais pas l’acheter. Mais les revues ont été plutôt bonnes et rassurantes. J’avoue que moi-même, j’ai constaté une amélioration au niveau de la friabilité des fards : moins de chutes, et que le problème des couleurs qui virent au gris ou au noir en les fondant ensemble ne s’est pas reproduit. Je ne regrette donc pas mon achat. J’ai utilisé tous les fards de la palette, en trouvant ma base dans « unity ». Le seul regret : le manque de différence entre le bleu et le vert pailletés, une fois appliqués sur la paupière. Au pinceau, aucune distinction. Avec les doigts, elle se voyait un peu mieux quand on regardait de près. Je ne pense pas que ceux qui m’ont croisée ce jour-là aient fait une différence de couleurs entre les coins interne et externe de mes paupières. 

Voici les 5 make up réalisés avec cette palette !

 

Je vous invite à aller voir les looks réalisés par Storytelling, ce qui vous donnera une idée du rendu de la palette sur peau mate.

Je vous dis à bientôt pour la palette Clover de Too Faced, que je vous ai annoncée la dernière fois.

Une semaine avec… la palette Jacklyn Hill & Morphe

Bonjour, bonjour !

Me voilà à nouveau avec une revue issue du #definobuy1semaine1palette et cette fois-ci, elle concerne la très convoitée palette de Morphe Brushes en collaboration avec la make up artist Jacklyn Hill. Lors de sa sortie, cela a été la folie. Il a fallu être pile à l’heure du lancement sur la boutique Morphe. Une file d’attente était en place. J’ai réussi à l’avoir du premier coup, mais certaines copines ont eu moins de chance et ont dû attendre les restocks suivants. Sachez que si elle vous plaît, elle est actuellement toujours disponible !

Cette palette contient 35 fards pour 42 €, soit 1,20 € le fard, ce qui est tout à fait raisonnable ! Morphe est une marque connue pour la qualité de ses produits (palettes et pinceaux) à prix abordable. Cette palette en est une nouvelle illustration. Vous trouverez 19 fards mats et 16 fards irisés/métallisés.

Il en existe également des contrefaçons, moins chères, que certaines blogueuses beauté ont testé en trouvant que la copie n’avait rien à envier à l’original. Personnellement, puisqu’il ne s’agit pas d’une édition limitée et qu’elle est toujours disponible, je vous conseille plutôt d’acheter un produit authentique car 1) c’est soutenir la marque et la blogueuse, 2) vous savez au moins ce que vous mettez sur vos yeux car il est parfois difficile de savoir ce que l’on trouve dans les contrefaçons, 3) vous ne risquez rien pénalement, car si votre copie est interceptée par les douanes, elle sera détruite et vous pouvez être poursuivis. Franchement, cela vaut-il le coup pour 1,20 € le fard ?

Sans plus attendre, voici les maquillages que j’ai réalisés avec cette palette.

Je suis vraiment très satisfaite. Les fards se prélèvent bien avec mes pinceaux denses. Ils se fondent très bien à l’application. Je n’ai pas eu de sensation de picotement pour mes yeux sensibles. Il y a plein de couleurs qui peuvent coller pour les bases/transitions des différentes carnations, et il y a un noir pour le trait en ras de cils supérieurs. En outre, le packaging est sympa. Pour ce prix, que demander de plus ? 

Je vous reviens bientôt avec la quatrième palette que j’ai testée : la Clover de Too Faced.

Une semaine avec… la palette Desert Dusk de Huda Beauty

Bonjour à toutes et à tous !

Je reviens aujourd’hui avec un article concernant la deuxième palette que j’ai testée pour le #definobuy1semaine1palette : la Desert Dusk de Huda Beauty. Dès que j’ai vu les teasers sur Instagram, je suis tombée en amour avec les couleurs des fards, comme je l’avais été avec la première palette que la blogueuse beauté Huda Kattan a sorti, la Rose Gold Edition (que j’avais payé les yeux de la tête en la commandant directement sur la boutique de Dubaï vu qu’elle était discontinued partout ailleurs, et qu’avec les frais de port et les douanes, elle m’est revenue à quasiment 100 € !!!).

La Desert Dusk se compose de 18 fards, dont 8 mats et 10 irisés/métallisés ou pailletés (Cosmo est de la paillette sèche). Les tons sont chauds.. J’y ai trouvé une couleur de base/transition (Desert Sand), qui m’avait manqué dans la Serpentina de Kat von D.

Ce qui peut refroidir, c’est le prix : 64,95 € chez Sephora. 3,61 € le fard. C’est un peu cher, surtout que la marque est exclue en France des promotions à 25 % que la boutique fait régulièrement. Personnellement, j’ai profité d’une carte cadeau. Sinon, si vous avez une buddy aux USA, il y a la solution de la commander chez Sephora.com où elle est disponible à 65$, lorsqu’il y a les offres à 20% : chez eux, ça marche sur TOUTES les marques !

Sans plus attendre, voici les make up que j’ai réalisés avec cette palette.

Je suis contente de mon achat. Elle vaut ce que j’ai payé s’agissant de la qualité des fards. Mes yeux sensibles ont un peu piqué avec certains des fards. Il vaut mieux éviter de s’en mettre sur la muqueuse.  Les couleurs se prélèvent bien, se fondent bien au pinceau et si l’on veut une réelle intensité, il faut passer par l’application au doigt. Le seul fard qui m’a posé un peu souci a été Cosmo, pas du tout crémeux, très volatile, qui n’est en fait que des paillettes compressées : il faut donc prévoir une base adaptée aux glitters pour qu’il tienne et qu’il ne se disperse pas intempestivement. Personnellement, quand je l’ai appliqué, je pensais qu’il s’agissait d’un métallisé comme les autres, donc je n’avais pas prévu une telle préparation de ma paupière : j’en ai eu partout. 🙂

Je vous reviens dès que possible avec la troisième palette que l’on m’a attribuée pour ce défi : la Jacklyn Hill de Morphe Brushes !