Une semaine avec… la palette Desert Dusk de Huda Beauty

Bonjour à toutes et à tous !

Je reviens aujourd’hui avec un article concernant la deuxième palette que j’ai testée pour le #definobuy1semaine1palette : la Desert Dusk de Huda Beauty. Dès que j’ai vu les teasers sur Instagram, je suis tombée en amour avec les couleurs des fards, comme je l’avais été avec la première palette que la blogueuse beauté Huda Kattan a sorti, la Rose Gold Edition (que j’avais payé les yeux de la tête en la commandant directement sur la boutique de Dubaï vu qu’elle était discontinued partout ailleurs, et qu’avec les frais de port et les douanes, elle m’est revenue à quasiment 100 € !!!).

La Desert Dusk se compose de 18 fards, dont 8 mats et 10 irisés/métallisés ou pailletés (Cosmo est de la paillette sèche). Les tons sont chauds.. J’y ai trouvé une couleur de base/transition (Desert Sand), qui m’avait manqué dans la Serpentina de Kat von D.

Ce qui peut refroidir, c’est le prix : 64,95 € chez Sephora. 3,61 € le fard. C’est un peu cher, surtout que la marque est exclue en France des promotions à 25 % que la boutique fait régulièrement. Personnellement, j’ai profité d’une carte cadeau. Sinon, si vous avez une buddy aux USA, il y a la solution de la commander chez Sephora.com où elle est disponible à 65$, lorsqu’il y a les offres à 20% : chez eux, ça marche sur TOUTES les marques !

Sans plus attendre, voici les make up que j’ai réalisés avec cette palette.

Je suis contente de mon achat. Elle vaut ce que j’ai payé s’agissant de la qualité des fards. Mes yeux sensibles ont un peu piqué avec certains des fards. Il vaut mieux éviter de s’en mettre sur la muqueuse.  Les couleurs se prélèvent bien, se fondent bien au pinceau et si l’on veut une réelle intensité, il faut passer par l’application au doigt. Le seul fard qui m’a posé un peu souci a été Cosmo, pas du tout crémeux, très volatile, qui n’est en fait que des paillettes compressées : il faut donc prévoir une base adaptée aux glitters pour qu’il tienne et qu’il ne se disperse pas intempestivement. Personnellement, quand je l’ai appliqué, je pensais qu’il s’agissait d’un métallisé comme les autres, donc je n’avais pas prévu une telle préparation de ma paupière : j’en ai eu partout. 🙂

Je vous reviens dès que possible avec la troisième palette que l’on m’a attribuée pour ce défi : la Jacklyn Hill de Morphe Brushes !

Une semaine avec… la palette Serpentina de Kat von D

Bonjour à toutes et à tous !

Je reviens en 2018, près de 7 mois après mon dernier article, avec un nouveau concept qui devrait me permettre de vous écrire au moins une fois par semaine.

Il consiste à m’imposer une palette de fards à paupières par semaine. Ce sont deux amies qui y ont pensé, pour m’aider dans cette période difficile financièrement et qui a largement réduit mes achats en vernis (stoppés depuis décembre dernier) et en maquillage (très ponctuels depuis janvier). Le principe : me focaliser sur ce que j’ai (car je ne suis pas à plaindre, j’ai beaucoup de matériel tant pour mes ongles que pour mon visage), en profiter à fond, pour éviter de trop lorgner sur les nouveautés et d’être frustrée de ne pas pouvoir les acheter. A une époque, dès que quelque chose me plaisait, c’était « Hop ! Dans mon panier ! ». Depuis 2018, c’est : « Hop ! Sur ma wishlist ! » en attendant une meilleure santé financière, ou un cadeau.

Ce défi, que nous avons intitulé sur Instagram le #definobuy1semaine1palette, reviendra donc chaque semaine, pour vous présenter entre 5 et 7 eye looks réalisés avec la même palette, et exclusivement avec celle-ci : pas le droit de rajouter un fard venu d’ailleurs.

Ce n’est pas moi qui choisirai la palette. Enfin, pas complètement : je propose le dimanche trois palettes de ma collection aux votes des copines, et celle qui remporte le plus de suffrages est validée.

Je n’ai pas hérité de la plus facile pour commencer, puisque l’on m’a attribuée la Serpentina de Kat von D.

Cette palette contient 8 fards, dont 2 mats et 6 irisés. Il y a également un pot de pigment doré nommé « prophet », au fini métallisé, que j’utilise en en versant un peu dans le capuchon et en vaporisant de l’eau de rose dessus pour en faire une crème que je récupère sur mon pinceau.

A l’époque, cette palette coûtait $45. Elle a fait l’objet d’une réédition surprise il y a quelques mois. Elle est désormais indisponible, à moins de la trouver en seconde main, et attention aux contrefaçons qui ont pullulé !

Je vous présente donc les maquillages paupières que j’ai réalisés avec cette palette.

 

Je ne regrette pas du tout mon achat. Les fards sont bien pigmentés, faciles à fondre entre eux. Je n’ai pas constaté de chutes importantes. J’ai toujours posé sans base à paupières (mais sur mon fond de teint et mon concealer), et je n’ai pas constaté de coulures ou de « faded » à la fin de la journée. J’en suis très contente. J’ai adoré le côté coloré, pour réaliser des eyelooks qui sortaient de l’ordinaire et se voyaient. Mes yeux sensibles ont un peu piqué, il faut donc éviter de s’en mettre sur la muqueuse. Le seul regret est qu’il n’y ait pas de fard clair pour m’en faire une base/transition, car parfois la démarcation avec ma paupière fixe était trop présente.

Ma copine Storytelling d’une Collectionneuse a également passé une semaine avec la Serpentina. Je vous invite à jeter un oeil à son univers : c’est par ici.

A bientôt, pour un nouvel article ! La palette de la semaine suivante a été la Desert Dusk de Huda Beauty. 😉

My unicorn made me do it, d’Il était un vernis

Bonjour à toutes et à tous !

Je pensais que juillet et août me permettraient de me mettre à jour ici, mais je n’arrive pas à trouver du temps pour m’installer devant l’ordinateur, trier les photos, les enregistrer et élaborer mes articles. Il y a toujours autre chose à faire en priorité, ou Hailey qui réclame sa maman, et je ne dégage aucun instant vraiment pour moi. J’arrive à poster plus régulièrement sur Instagram car cela ne demande pas grand investissement, mais ici, c’est un peu la friche et je vous demande de bien vouloir m’en excuser. J’avoue que cela me manque beaucoup, mais pour le moment, je n’y arrive pas et avec mon nouveau travail en septembre, cela risque d’être encore plus compliqué.

Je n’ai pas posé de vernis depuis des lustres… Les swatches que je vais vous présenter prochainement ont été réalisés au plus tard en mai dernier… Donc le vernis que je vous propose aujourd’hui a été porté il y a bien longtemps, juste au moment où j’ai reçu ma commande de chez Il était un vernis, marque indie française, pour sa collection d’été 2017 intitulée « Mystical Fantasy Club« . « My unicorn made me do it » (« Ma licorne m’a poussée à le faire ») est un orange holographique comme j’en attendais un depuis longtemps : bien orange, bien carotte, plein de pep’s pour les journées ensoleillées. Je me devais donc de vous le montrer en été. Il est appliqué en deux couches, sans top coat. Le holo est léger, mais présent.

12,90 € HFP les 12 ml, toujours disponible à l’heure où j’écris, ce vernis est celui qu’il vous faut si vous êtes en manque d’un orange vitaminé.

Moi, je vous dis à bientôt pour une nouvelle page beauté !