Des pieds de serpent (masque peeling de Tony Molly)

Coucou tout le monde !

Je reviens vers vous avec un article qui ne sera pas très glamour, car je vais vous parler du peeling Tony Molly acheté chez Sephora 11,95 €, qui est censé nous faire des « shiny foot », des pieds tout doux selon la promesse de l’emballage, en 1h30 de pose. Il se présente sous cette forme de packaging :

qui comprend des chaussettes à enfiler, deux poches de liquide et un sachet échantillon de crème nourrissante.

A l’approche de l’été, je m’étais dit que c’était l’occasion de se faire rapidement des pieds tout beaux pour passer les sandales, car les miens avaient quelques callosités blanches jaunes pas très saillantes.

J’ai donc décidé de poser ce masque sur mes pieds le dimanche 18 juin, pendant que je regardais Agatha Raisin sur France 3. J’ai tout bien suivi : j’ai passé les chaussettes, j’ai fait couler le liquide dedans, j’ai fermé les chaussettes, j’ai un peu malaxé en plus pour bien répartir le liquide sous la plante des pieds et au talon (endroit où j’en avais le plus besoin), et j’ai laissé poser. Tout s’est bien passé : pas de douleurs pendant la pose.

Quand j’ai retiré les chaussettes, il s’est dégagé une odeur similaire à celle du produit anti-verrue, mais en plus léger. J’ai bien rincé mes pieds à l’eau tiède, j’ai mis la crème hydratante, et j’ai observé le résultat. Déception : à part la crème, ils étaient dans le même état qu’avant. Il n’y avait pas d’amélioration pour mes calosités aux talons. Pourtant, le petit dessin montrait des pieds craquelés, des chaussettes posées pendant 1h30 et des pieds tout beaux ensuite… J’ai repris la boîte et je suis allée lire les petits détails derrière.

« Les cellules mortes de vos pieds seront naturellement éliminées 4 à 6 jours plus tard. Ne les retirez pas par vous-mêmes. » Ok… Bon, ben, il n’y avait plus qu’à attendre.

Et le jeudi 22 juin, en retirant mes chaussures, voilà ce que j’ai trouvé :

Des pieds en mue… Sauf que la mue ne s’est pas faite en un jour. Il a fallu près de 10 jours, à arracher régulièrement les morceaux de peau, pour être débarrassée de ces pieds de serpents, totalement moches, qui étaient encore plus horribles dans mes sandales qu’avant… 

Les peaux mortes de toute la surface du pied sont parties petit à petit, petits morceaux par petits morceaux. J’avais des pieds immondes. Gommages, râpe à pieds, j’ai tout fait pour accélérer le processus, et au bout d’une dizaine de jours, le processus semblait terminé. Pour le dessus de mes pieds et la plante, nickel. Pour les callosités aux talons, elles étaient largement atténuées mais encore présentes.

Bilan : c’est un produit qui fonctionne, mais qui, vue l’odeur, ne doit pas être très naturel contrairement à ce qui est laissé croire niveau marketing sur l’emballage (« extraits naturels », « ingrédients naturels », « naturellement »…). Je ne pense pas que les produits anti-verrues soient très naturels, et là, cela semble agir sur le même principe : on détruit en douceur (pas de brûlure ou de picotements pour moi pendant la pose) la couche supérieure de la peau pour en faire refaire une nouvelle plus jolie en-dessous.

Par ailleurs, il faut bien lire ce qui est écrit : cela ne marche pas en 1h30, mais commence à faire effet à partir du 4e jour, pour se poursuivre dans un long processus qui a été pour moi de 10 jours complets à partir du jeudi 22 juin. Donc je conseille de le faire quand on a encore les pieds dans des chaussures fermées, pour éviter d’avoir des pieds pourris, qui pèlent à fond, dans des chaussures ouvertes. 🙁 Je l’utiliserai plutôt début printemps, que début été !

Voilà. J’espère que cette revue vous aura été utile et je vous dis à bientôt pour un nouveau swatch vernis !

My unicorn made me do it, d’Il était un vernis

Bonjour à toutes et à tous !

Je pensais que juillet et août me permettraient de me mettre à jour ici, mais je n’arrive pas à trouver du temps pour m’installer devant l’ordinateur, trier les photos, les enregistrer et élaborer mes articles. Il y a toujours autre chose à faire en priorité, ou Hailey qui réclame sa maman, et je ne dégage aucun instant vraiment pour moi. J’arrive à poster plus régulièrement sur Instagram car cela ne demande pas grand investissement, mais ici, c’est un peu la friche et je vous demande de bien vouloir m’en excuser. J’avoue que cela me manque beaucoup, mais pour le moment, je n’y arrive pas et avec mon nouveau travail en septembre, cela risque d’être encore plus compliqué.

Je n’ai pas posé de vernis depuis des lustres… Les swatches que je vais vous présenter prochainement ont été réalisés au plus tard en mai dernier… Donc le vernis que je vous propose aujourd’hui a été porté il y a bien longtemps, juste au moment où j’ai reçu ma commande de chez Il était un vernis, marque indie française, pour sa collection d’été 2017 intitulée « Mystical Fantasy Club« . « My unicorn made me do it » (« Ma licorne m’a poussée à le faire ») est un orange holographique comme j’en attendais un depuis longtemps : bien orange, bien carotte, plein de pep’s pour les journées ensoleillées. Je me devais donc de vous le montrer en été. Il est appliqué en deux couches, sans top coat. Le holo est léger, mais présent.

12,90 € HFP les 12 ml, toujours disponible à l’heure où j’écris, ce vernis est celui qu’il vous faut si vous êtes en manque d’un orange vitaminé.

Moi, je vous dis à bientôt pour une nouvelle page beauté !

Solsequia, la slow cosmétique à Dijon.

Bonne soirée à toutes et à tous !

Je reviens pour vous parler d’une boutique que j’ai récemment découverte dans ma jolie ville de Dijon, grâce au site Slow Cosmétique sur lequel je suis arrivée par le biais de la Biotyfull Box, lorsqu’elle a présenté un produit de la marque « Secrets des fées  » (le masque capillaire). J’ai été très intéressée par les cosmétiques proposés par cette marque et j’ai donc cherché où me procurer d’autres masques. Google m’a amenée sur la boutique en ligne Slow Cosmétiques qui regroupe les différents fabricants du réseau slow cosmétique.

A titre liminaire, qu’est-ce que la slow cosmétique ? Je vous conseille d’aller lire l’article de l’Atelier Green que vous trouverez en cliquant ici. Pour moi, cela correspond à des produits cosmétiques aux ingrédients naturels, avec des emballages minimalistes et écologiques, qui permettent de revenir à l’essentiel et de diminuer l’impact que nos produits d’hygiène ont sur l’environnement. Ne pas confondre avec les cosmétiques bio qui peuvent contenir quelques cochonneries quand même (bio ne veut pas forcément dire bon), ou la trompeuse « cosmétique végétale » d’une enseigne dont les produits ne sont pas très naturels en réalité…

Moi qui suis une grande fanatique des gels douches (je collectionnais les Dop, les Cottage, les Bath & Body Works, les Yves Rocher, les The Body Shop…) et des crèmes en tout genre, j’ai été terriblement refroidie après avoir lu les derniers articles publiés dans Que Choisir et 60 millions de consommateurs. Tous ces composants chimiques, dérivés du pétrole, allergènes, cancérigènes, perturbateurs endocriniens, etc… Même dans les produits que je croyais bons pour ma fille, car vendus depuis des années et/ou en pharmacie ! Les sels d’alumunium dans les déodorants, dont une étude a démontré qu’ils avaient un impact sur l’apparition du cancer du sein… Nous pouvons mourir de tellement de façons, qu’il m’est apparu sage de ne pas provoquer les choses en augmentant les risques.

J’ai donc commencé à me tourner petit à petit vers des produits d’hygiène plus naturels. En témoignent mes articles sur la boutique en ligne Ymanature, que je vous conseille si vous voulez des produits inoffensifs, qui ressemblent dans leur packaging aux produits habituels : tubes, flacons-pompes, roll-on, etc. Je me suis également mise aux cosmétiques naturels « faits maison » (home made), grâce aux recettes et ingrédients trouvés chez Ymanature et Aromazone. Notamment mon baume déodorant, dont je suis vraiment très satisfaite. Et grâce à la Biotyfull Box à laquelle l’on m’a abonnée pour mon anniversaire, je découvre parfois d’autres marques pépites.

Donc, en cherchant où me procurer des masques visage « Secrets des fées » sur Internet, je suis arrivée sur le site Slow Cosmétique, et je me suis crue au paradis, notamment car il regroupe un grand nombre de savonneries artisanales. J’ai fait un panier de plusieurs savons (je vous en parlerai une autre fois, si cela vous intéresse) et je suis tombée sur ceux de Solsequia, dont il était mentionné que le vendeur était en Bourgogne. J’ai fait ma curieuse, et j’ai cherché si la savonnerie avait sa propre boutique en ligne. C’était le cas. J’ai donc appris qu’elle était à Dijon, et dans une rue que j’emprunte au moins une fois par semaine : la rue Jules Mercier. Ni une, ni deux, dès que j’ai pu m’y rendre, j’y suis allée. C’était le mercredi 14 juin. J’ai attendu d’avoir pu tester les produits avant de vous en parler.

La rue Jules Mercier part de la rue de Bourg (plus communément connue comme « la rue de la Fnac »). Il faut vraiment être attentif pour trouver la boutique.

Lorsque l’on s’approche, l’on se rend compte que l’on ne s’est pas trompé : le parfum des savons envahit les narines. La porte annonce que nous sommes arrivés à bon port.

Et lorsque l’on franchit le seuil, c’est une vue tout à fait réjouissante qui s’offre à nous. Des savons, des shampoings solides, des étagères joliment achalandées, et une décoration agréable.

J’ai reçu immédiatement un accueil chaleureux, et ai obtenu spontanément les explications que je souhaitais : procédés de fabrication, ingrédients des produits, utilité des produits, ceux adaptés à ma nature de peau et de cheveux, etc. Au-delà des savons naturels (7 sortes différentes) et shampoings solides (6 sortes différentes), Solsequia fabrique également des huiles végétales, des baumes visage et corps, des huiles avant rasage pour homme, des dentifrices solides, ainsi que des brumes d’ambiance et des bougies aux huiles essentielles… En gestation : un déodorant naturel.

Les shampoings solides se vendent sous un format rond, qui rentre dans une boîte en métal réutilisable. Vous pouvez venir chercher votre recharge quand elle est vide.

Mon mari teste actuellement « Minthie », et en est très satisfait : fraîcheur, cheveux propres, cuir chevelu apaisé.

Moi, j’ai commencé par « Ahorp », qui est composé d’argile verte, de henné neutre, d’ortie et de rhassoul, avec des huiles essentielles de niaouli, de cèdre de l’Atlas et de menthe poivrée. Il régule le sébum et donne du volume. J’en suis également fan : j’ai moins de sensation de démangeaison au niveau du cuir chevelu. Il y a effectivement du volume dans les cheveux et je les trouve propres plus longtemps.  

Les savons sont habituellement de forme rectangulaires. Il n’y a pas encore de boîte mais c’est en cours de recherche. Il y a eu une édition limitée dans des boîtes rondes, dont certaines senteurs sont encore disponibles. Comme je l’indiquais plus haut, il y en a sept différents. Vous pouvez trouver Solsequia, Fleur des vignes, Mon ami de Flavigny, Auprès de mon arbre, Ôde à Bacchus et Moult me tarde. Ma petite Madeleine comprenant du miel dans ses ingrédients, elle n’est plus produite pour que l’ensemble des produits soit vegan. Il reste encore quelques exemplaires disponibles.

Actuellement, j’utilise Solsequia, pour le corps, le visage, et pour laver ma fille. La peau est douce, propre, pas desséchée. Ce sont des savons saponifiés à froid, surgras, et quand il sèche sur vos porte-savons, ils ne se fendillent pas !

Si je suis allée au départ dans cette boutique, c’était pour trouver un cadeau original et sain pour la fête des pères, car Solsequia fait des coffrets originaux. J’ai vu, sur une étagère spécifique aux produits masculins, un trousse de rasage que j’ai agrémentée avec un savon pour le corps, deux triangles de shampoing, et un dentifrice solide.

Dans cette trousse, il n’y a qu’à rajouter un rasoir manuel, une brosse à dent et un déodorant naturel, et vous êtes parés, Messieurs ! L’avantage des cosmétiques slow, c’est qu’ils prennent moins de place dans nos bagages. Pour moi, un savon dans sa boîte, un shampoing dans sa boîte, un dentifrice solide dans son petit pot, mon déodorant baume home made dans son petit pot, mon démaquillant home made à l’huile de ricin et de noyaux d’abricot dans son petit flacon, deux lingettes lavables, un baume hydratant visage et corps dans son pot, ainsi qu’une brosse à dent : voilà la base d’un vanity naturel qui prend moins de place que mon vanity habituel ! 

Précision : Solséquia pense à toute la famille en proposant deux produits sans huiles essentielles, adaptés aux bébés, enfants, femmes enceintes ou allaitantes, ou tout simplement aux personnes allergiques : le savon Solsequia, et le baume Douceur de calendula.

Rose Sublime contient quant à lui des huiles essentielles.

J’utilise Douceur de Calendula en ce moment, pour nourrir ma peau sèche et celle de ma fille. Je l’ai aussi utilisé pour apaiser la peau échauffée de mon mari, après une journée à jardiner sous le soleil. Il sent bon le naturel, pénètre bien et soulage parfaitement les tiraillements.

Enfin, j’ai testé le dentifrice solide. Il s’appelle Adam. C’est un jeu de mots : « Munissez-vous de votre brosse… Adam ». 🙂 Il faut mouiller sa brosse et la faire tourner quatre à cinq fois sur le pot de dentifrice. Cela suffit, ça mousse. Cela n’a pas du tout le goût d’un dentifrice habituel. J’ai eu besoin de quelques jours pour m’y habituer, mais désormais, je n’y fais plus attention. J’ai les dents propres et moins de douleurs aux gencives… Un petit pot dure environ deux mois. On peut le ramener au magasin pour le faire recharger.

Vous avez compris : je suis très satisfaite de ces produits. Je guetterai donc les nouveautés. Les copines, s’il y a des intéressées, je peux faire des achats groupés et dispatcher ensuite. 🙂

Pour ceux qui hésitaient encore, je rajoute que Solsequia, qui a obtenu la mention Slow Cosmétique, est une marque vegan et cruelty free labellisée par PETA. Des produits naturels, bon pour nous, bon pour la planète. Que demander de plus ?